• MIN P'TIT FRERE

     

     

     

    In étant jeune grand-mère m’a dit : " Garchon, t’comminche à d’v’nir in âche "
    " Comme te m’as toudis obéi, j’espère que te s’ra toudis sache "
    " Comme te sais tout prindre par l’bon bout, et ch’est là dins tin caractère "
    " Sache, que j’te conseille avant tout, ch’est d’avoir bin soin eud’tin p’tit frère "
    " Sache, que j’te conseille avant tout, ch’est d’avoir bin soin eud’tin p’tit frère "

    R’vetiez, comme j’in étos soigneux, i’étot toudis dins l’flanelle
    Et j’l’avos toudis sous mes yeux, je’n’le quittos point d’eune semelle
    Et l’dimanche quand j’n’sortos point, j’trouvos toudis quoi à’m’distraire
    Euj’m’in allos dins un p’tit coin, j’m’amusos avec min p’tit frère
    Euj’m’in allos dins un p’tit coin, j’m’amusos avec min p’tit frère

    Bien rouche, bien joufflu, bien portant, il avot tous les avantaches
    Un jour il m’a surpris pourtant, dire qu’il li poussot des moustaches
    Cha li donnot l’air d’un sapeur, cha li donnot l’air si sévère
    Que j’vous assure que j’avos peur, chaque fos qu’j’arvétios min p’tit frère
    Que j’vous assure que j’avos peur, chaque fos qu’j’arvétios min p’tit frère

    Petit à p’tit j’l’ai vu grandir, eus’tiête est dev’nu tell'mint dure
    Que’j’pouvos pus l’faire obéir, i crachot presque dins’m’figure
    Et j’avos bieau à’l’caresser, chaque fos qu’i’s’mettot in colère
    Y’avot pus moyen d’l’apaiser, j’étos pus maît’eud’min p’tit frère
    Y’avot pus moyen d’l’apaiser, j’étos pus maît’eud’min p’tit frère

    Un jour les files de min quartier, pour euss’l’avoir sont venues m’rintinde
    Is m’ont tell'mint intortillé, qu’à la fin j’me lé laicher printe
    Is me l’ont rindu tout braillant, je’n’sais point ch’qu’is ont pu i faire
    Car i n’i’étot pus même qu’avant, j’arconnaichos pus min p’tit frère
    Car i n’i’étot pus même qu’avant, j’arconnaichos pus min p’tit frère

    Oui mais maint’nant in dev’nant vieux, pour li ch’est in aute paire de manches
    I’est dev’nu tell'mint sérieux, qui sort à peine tous les dimanches
    Et quand j’m’in vas pour l’pormener, i n’va pus qu’in r’vétiant par terre
    Suis obligé de l’hochéner, si je veux vire bouger min p’tit frère
    Suis obligé de l’hochéner, si je veux vire bouger min p’tit frère

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :