• MARDI GRAS

     

    Origines de Mardi Gras et de Carnaval

    Tout au long de l'année,
    se succèdent des fêtes qui rythment la vie des chrétiens.


    La fête de Mardi Gras a tous les ans une date différente, fixée par rapport à la date de Pâques,
    qui elle même varie en fonction du cycle de la Lune.


    Mardi gras et le jour qui précède
    le Mercredi des Cendres.


    Il y a 40 jours de carême,
    entre le mercredi des cendres et le jour de Pâques.

     

    Le mercredi des cendres

    Cette fête marque le souvenir d'Adam
    condamné après son péché à retourner poussière.


    Les chrétiens sont invités à se purifier de leurs fautes
    et à faire pénitence par des privations.


    Le mercredi des Cendres est le 1er Jour du Carême
    qui va durer 40 jours.


    A l'issue de ces 40 jours
    la fête de Pâques célébrera la mort
    et la résurrection du Christ.


    Pour marquer le coup avant
    que ces privations ne commencent,
    la veille, le mardi, on faisait gras.
    On finissait les aliments gras avant de se mettre au carême.

    On en profite pour faire des beignets, des bugnes et des fritures.
    De plus, la tradition du carême veut qu’on arrête également de manger des œufs, donc on en profite pour faire des crêpes.


    Par opposition au carême, le carnaval est une période de joie et de liberté où les règles de vie normales
    sont suspendues et où chacun fait un peu
    comme il lui plaît :
    on se déguise, on mange tout ce qu’on veut,
    on sort chanter dans les rues.


    Carême

    Pendant la période de Carême,
    les croyants doivent jeûner, se priver
    et prier dans le but d'expier leurs fautes.
    L'Eglise interdit ainsi la consommation de viande,
    la célébration des mariages et les relations conjugales.

    A la fin du temps du Carême se déroule la fête de Pâques qui célèbre la mort, puis la résurrection du Christ.

     

    Carnaval               

      Origines du mot :

    Dans Carnaval il y a Carne, la chair, la viande.

    En Italien "carnelevare" signifie "sans viande".


    Avant l'apparition de ce mot,
    la veille du Carême était appelée "Carême Prenant".


    C'est le dernier jour pour profiter une dernière fois
    avant Carême et faire bombance,
    car ensuite, pas d'alimentation carnée
    ni graisseuse durant 40 jours.
    On marque le coup par un festin,
    une fête colorée et bruyante.


    La fête de Carnaval se déroule à différentes dates
    selon l'endroit du globe et revêt des rituels différents !


    Carnaval, fête non reconnue par l'Eglise
    connaît des dates variables de début
    mais une date de fin fixe qui correspond
    à la tombée de la nuit de mardi gras.


    Il faut savoir que sous l'empire Romain,
    il existait déjà une grande fête de Carnaval
    nommée " les Saturnales "
    à une toute autre période de l'année.


    Cette période de fête populaire se déroulait
    entre le 17 et le 25 décembre.


    Le peuple marquait par des réjouissances
    le solstice d'hiver.

    Ces fêtes avaient pour but de redonner courage et espoir au peuple
    effrayé par les sols gelés, l'absence de vie et l'obscurité.


    On offrait des cadeaux : des porte-bonheur, du miel,
    des gâteaux, de l'or étaient des cadeaux courants.


    On décoraient les maisons avec du lierre,
    des branches de houx et de gui et tout travail,
    à part celui de la cuisinière et du banquier, était interdit.

     

      Les symboles de Carnaval :
     

       


     

    Lors de ces fêtes de Carnaval on retrouve toujours
    le principe d'inversion au travers des costumes
    et des jeux (maître/esclave, homme/femme),
    on se déguise, on fait ripailles, on offre des cadeaux, chants et danses sont de la fête.


    Par opposition au Carême, le Carnaval est une période d'excès joyeux, de gras contre maigre.
    Dans tous les carnavals, les gens dansent,
    mangent et se déguisent,
    les règles et interdits habituels sont suspendus.


    Chars géants, parades, bals masqués,
    confettis et serpentins, fanfares,
    c'est la période des excès démonstratifs !


    Chaque pays à sa propre interprétation des réjouissances avec toujours un même objectif : faire la fête !


    Parmi les plus connus de nos jours,
    on peut citer les carnavals de Rio de Janiro, Venise
    , Nouvelle-Orléans, Nice,
    également ceux du nord de la France comme Dunkerque
    , moins connu mais tout aussi festif,
    le carnaval de Québec
    .


    La plupart des carnavals ont des thèmes très variés, comme les géants,
    à Dunkerque dans le Nord de la France.


    A Rio de Janeiro, on envahit les rues
    en dansant des samba endiablées, habillé de paillettes
    et de plumes, pendant des jours et des nuits.

     

     


    Revivez aussi le Carnaval de Nice au début du xx ème siècle !!! 

    Mardi gras et Carnaval, la fête des fous


    Carnaval vient d’une expression latine (carne levare)
    qui veut dire "enlever la viande".
    Si ce jour est devenu un jour de fête,
    c’est précisément
    parce qu’il fallait en profiter, festoyer et faire bombance
    avant que la viande et les repas trop riches ne soient interdits.

    La période de Carnaval se clôt en effet le jour du Mardi gras, veille du Carême, cette période de quarante jours de jeûne avant l’anniversaire de la mort puis de la résurrection du Christ (Pâques).
    Pour mieux faire la fête et le fou,
    on prend l’habitude de se déguiser :
    derrière un masque, toutes les barrières sociales,
    d’âge ou de fortune disparaissent !

    Vive les masques !
    L’origine du mot masque reste aussi mystérieuse
    que les visages qu’il cache…
    Il apparaît en 643 et pourrait venir du latin (sorcière)
    ou de l’indoeuropéen (filet dont on enveloppe les morts).
    Dans le sud de la Provence, les sorciers seront,
    jusqu’au XIXème siècle appelés des "masques"…
    Pour se déguiser, on se contente souvent au Moyen Age
    de se noircir le visage avec de la suie,
    de le dissimuler sous une étoffe
    ou de porter ses vêtements à l’envers, coutures apparentes.
    Les premiers masques sont taillés
    dans la tête des porcs tués à Noël
    (on se cache derrière la peau épaisse et soyeuse ou le groin)
    ou dans une cagoule de peau de lapin.
    Les jeunes gens ainsi masqués parcourent
    bruyamment les rues à la nuit tombée, chahutent les femmes, les filles et les avares.
    Ils évoquent à la fois les revenants et l’au-delà
    (dans les Pyrénées, on les appelle même des ("peurs"),

    la nature et le printemps qui va revenir.

    Quelques superstitions de Carnaval
    Les croyances ancestrales assurent
    que le bruit et les danses de Carnaval favorisent la prospérité.

    Pendant cette période de lien entre les vivants et les morts (évoqués par les masques),
    il ne fallait ni brûler les os des bêtes
    ni les donner à manger aux chiens :
    il valait mieux les enfouir dans une écurie,
    comme autant de graines symboliques des animaux à naître.

    Carnaval se terminait souvent par un feu.
    Pour s’assurer de bonnes moissons à venir,
    on conseillait de sauter par-dessus le feu, le plus haut possible, ou bien d’emporter des cendres
    et d’en répandre dans les champs.

    Les géants de Carnaval
    Dès le Moyen-âge, on a construit de grands mannequins, appelés rois de Carnaval,
    que l’on faisait défiler dans les rues en grande joie.
    A la nuit tombée, le pantin était jugé par un tribunal improvisé puis brûlé car il évoquait à la fois les bêtises de chacun et la fin de l’hiver.
    Si les déguisements ont évolué vers
    des masques de princesses, de fées, de dragons, de loups
    ou de personnages politiques, si plus personne aujourd’hui
    ne bondit à travers les flammes du Carnaval
    ou ne porte de cendres dans ses champs
    (qui donc d’ailleurs a encore un champ ?),
    les bons géants existent encore dans de nombreuses régions de France.
    Très attendus, ils constituent le point d’orgue
    des parades urbaines ou villageoises orchestrées
    pour Carnaval comme des spectacles de stars.

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :