• S'il fait beau à la Saint-Gilles,
    Cela durera jusqu'à la Saint-Michel.

    Septembre se nomme,
    Le mai de l'automne.

    Pluie de Saint-Grégoire,
    Autant de vin en plus à boire.

    Septembre nous produit,
    Le plus délectable des fruits.

    Septembre humide,
    Pas de tonneau vide.

    À la Sainte-Reine,
    Sème tes graines.

    À la bonne Dame de septembre,
    Tout fruit est bon à prendre.

    Septembre emporte les ponts,
    Ou tarit les fontaines.

    À la Sainte-Inès,
    Travaille sans cesse.

    En septembre si trois jours il tonne,
    C'est un nouveau bail pour l'automne.

    En septembre,
    Si tu es prudent,
    Achète grains et vêtements.

    Le coq, en septembre, chantant la matinée,
    Annonce une abondante rosée.

    À la Sainte-Croix,
    Cueille tes pommes et gaule tes noix.

    L'hirondelle en septembre abandonne
    Le ciel refroidi de l'automne.

    Bel automne vient plus souvent
    Que beau printemps.

    Le jour de la Saint-Lambert,
    Qui quitte sa place la perd.

    Froid à la Saint-Joseph,
    Annonce pour bientôt la neige.

    Qui sème à la Saint-Janvier,
    De l'an récolte le premier.

    Gelée blanche de Saint-Eustache,
    Grossit le raisin qui tache.

    Quand il pleut à la Saint-Matthieu,
    Fais coucher tes vaches et tes boeufs.

    Semis de Saint-Maurice,
    Récolte à ton caprice !

    Orages de septembre,
    Neiges de décembre.

    En septembre, la bruine,
    Est toujours bonne à la vigne.

    Brouillards d'automne,
    Beau temps nous donnent.

    Priez Saint-Côme et Saint-Damien,
    Vous vous porterez toujours bien !

    Pluie de septembre travaille,
    À la vigne et à la semaille.

    Septembre en sa tournure,
    De mars fait la figure.

    Quand les hirondelles voient la Saint-Michel,
    L'hiver ne vient qu'à Noël.

    À la Saint-Jérôme,
    Hoche tes pommes.

    Pour Saint-Adrien,
    Le froid nous revient.

     


    votre commentaire
  • Qui se marie le 1er août,
    La corde il se met au cou.

    À la Saint-Eusèbe,
    Au plus tard, fais battre la gerbe.

    Il faut cueillir les choux,
    L'un des trois premiers jours d'août.

    Quand août est bon,
    Abondance à la maison.

    À Saint-Abel,
    Faites vos confitures de mirabelles.

    Au mois d'août,
    Le vent est fou.

    En août, de l'aube au soir,
    On n'a qu'une heure pour s'asseoir.

    À la Saint-Dominique,
    Te plains pas si le soleil pique.

    Ce qu'août ne mûrit pas,
    Ce n'est pas septembre qui le fera.

    Froidure à la Saint-Laurent,
    Froidure à la Saint-Vincent.

    Si, le jour de Sainte-Claire,
    La journée est chaude et claire,
    Comptez sur les fruits à couteau,
    A coup sûr ils seront beaux.

    Quiconque en août s'endormira,
    En janvier s'en repentira.

    S'il pleut le jour de Sainte-Radegonde,
    La misère s'abat sur le monde.

    Temps trop beau en août,
    Annonce hiver en courroux.

    À la mi-août,
    Les noisettes ont le ventre roux.

    Après Saint-Roch,
    Aiguise ton soc !

    À la Saint-Hyacinthe,
    On peut semer sans crainte.

    À la Sainte-Hélène,
    La noix est pleine
    Et le cerneau
    Se met dans l'eau.

    Quand août est pluvieux,
    Septembre est radieux.

    Quand arrive la Saint-Bernard,
    Si tu n'es pas en retard,
    Ton blé n'est plus sous le hangar,
    Et le moissonneur a sa part.

    Je suis le mois où nul loisir
    On ne peut prendre ou séjourner,
    Mais faucher, faner par plaisir,
    Mettre en grange, battre et vanner.

    Belettes blanches de la St-Symphorien,
    Annoncent que l'hiver est en chemin.

    À la Sainte-Rose,
    Pour le travailleur, pas de pause.

    À la Saint-Barthélémy,
    La grenouille sort de son nid.

    Beau temps pour la Saint-Louis,
    Plusieurs jours sans pluie.

    Soleil rouge en août,
    C'est de la pluie partout.

    À la Saint-Césaire,
    la dernière forte chaleur en l'air.

    C'est comme s'il pleuvait du vin,
    Fine pluie à Saint-Augustin.

    Pluie à la Sainte-Sabine,
    Est une grâce divine.

    À la Saint-Fiacre, soleil ardent,
    Pour huit jours encore, du beau temps.

    En août et en vendanges,
    Il n'y a ni fêtes, ni dimanches.

     


    votre commentaire
  • À la Saint-Thierry,
    Aux champs jour et nuit.

    La pluie de la Visitation
    Tombe six semaines sur la maison.

    À Saint-Anatole,
    Confitures dans la casserole!

    Pour la Sainte-Berthe,
    Se cueille l'amande verte.

    Si le début de juillet est pluvieux,
    Le restant du mois sera douteux.

    Jamais, en juillet, sécheresse
    N'a causé la moindre détresse.

    Quand à Saint-Raoul le soleil brille,
    C'est le moissonneur qui grille.

    À la Saint-Edgar, on entend
    Du coucou le dernier chant.

    Avec Sainte-Procule,
    Arrive la canicule.

    Pluie du dix juillet,
    Mouille sept fois,
    Du moissonneur le bonnet.

    Rosée du jour de Saint-Savin,
    Est, dit-on, rosée de vin.

    Juillet, orage de nuit,
    Peu de mal, mais que de bruit !

    Quand reviendra la Saint-Henri,
    Tu planteras ton céleri.

    Pluie du matin,
    En juillet est bonne au vin.

    Juillet sans orage,
    Famine au village.

    Qui veut bon navet,
    Le sème en juillet.

    À Saint-Alexis,
    Foin occis.

    En juillet, mois d'abondance,
    Le pauvre a toujours sa pitance.

    À la Saint-Arsène,
    Met au sec tes graines.

    À la Sainte-Marguerite,
    Forte pluie est maudite.

    Quand il pleut à la Saint-Victor,
    La récolte n'est pas d'or.

    Sainte-Madeleine
    Pluie amène.
    Si elle ne dure pas longtemps,
    Elle remplit le grenier de froment.

    Nuages de la Sainte-Brigitte,
    Par le soleil sont chassés vite.

    À la Sainte-Christine,
    les blés perdent leurs racines.

    Si Saint-Jacques est serein,
    L'hiver sera dur et chagrin.

    De Sainte-Anne à Saint-Laurent,
    Plante des raves en tout temps.

    Les Sept Dormants
    Redressent le temps.

    Si le jour de Saint-Samson,
    Le pinson est au buisson,
    Tu peux, bon vigneron,
    Défoncer ton poinçon.

    Mauvais temps le jour de Sainte-Marthe,
    N'est rien, car il faut qu'il parte.

    À la Sainte-Juliette,
    l'été est en fête.

    Au jour de Saint-Ignace,
    Moissonne quelque temps qu'il fasse.

     


    votre commentaire
  • Pluie de Saint-Révérien,
    Belles avoines, maigre foin.

    Saint-Marcellin,
    Bon pour l'eau, bon pour le vin.

    À Sainte-Clotilde, de fleur en buisson,
    Abeille butine à foison.

    En juin, brume obscure,
    Trois jours seulement dure.

    Qui en juin se porte bien,
    Au temps chaud ne craindra rien.

    Les bains que prend Saint-Norbert,
    Inondent toute la terre.

    Juin froid et pluvieux,
    Tout l'an sera grincheux.

    S'il pleut à la Saint-Médard,
    Il pleut quarante jours plus tard,
    À moins que Saint-Barnabé,
    Ne vienne l'arrêter.

    Juin fait pousser le lin,
    Et juillet le rend fin.

    Juin, juillet, en fraîcheur,
    En août, orages et chaleurs.

    À la Saint-Barnabé,
    Fauche ton pré.

    Abeilles en mai valent un louis d'or,
    Abeilles en juin, c'est chance encore.

    Pour la Saint-Antoine,
    Les jours croissent comme la barbe d'un moine.

    À Saint-Rufin,
    Cerises à plein jardin.

    Pluie de Saint-Guy,
    C'est tout l'an qui rit.

    Pluie de Saint-Aurélien,
    Bel avoine et mauvais foin.

    Soleil à la Saint-Hervé,
    Fait présager d'un bel été.

    Pluie de Saint-Léonce,
    Pour trente jours s'annonce.

    Saint-Gervais, quand il est beau,
    Tire Médard et Barnabé de l'eau.

    Pluie d'orage à la Saint-Sylvère,
    C'est beaucoup de vin dans le verre.

    Été bien doux,
    Hiver en courroux.

    À la Saint-Alban,
    On peut poser ses vêtements.

    Le sage dit qu'à la Sainte-Audrey,
    Mieux vaut suer que grelotter.

    La nuit de Saint-Jean,
    Est la plus courte de l'an.

    Le jour de la Saint-Prosper,
    N'oublie pas de fumer la terre.

    En juin trop de pluie,
    Le jardinier s'ennuie.

    Temps de la Saint-Fernand,
    Chaleur et soleil riant.

    Le jour de la Saint-Irénée,
    C'est l'un des plus beaux de l'année.

    Saint-Pierre et Paul pluvieux,
    Est pour trente jours dangereux.

    Quand Saint-Pierre laisse de la pluie à Saint-Martial,
    Saint-Martial donne des essaims autant qu'il en faut.

     


    votre commentaire