• CAFOUGNETTE

     




     

    Cafougnette a l’habitude de manger chez sa tante le midi, depuis que celle-ci est veuve, afin de lui tenir compagnie.
    Il est très intrigué, car depuis un mois à chaque repas, sa tante mange un œuf à la coque. A la fin, il lui demande la raison.

    «Té vos, tiot, tin mononque i es mort, ch’n’est point qui avot trop saqué dins s’vie !
    Ch’étot un fainéant !
    I n’n’a jamais foutu eun’ ramée ! I étot mate d’aller !
    Mais pour lever sin coeute i n’avot point sin parel !
    Un boit sans soif !
    Aussi j’l’ai fait incinérer et j’ai fait mette ses chintes dins ch’sablier, pour faire cuire mes œufs ! Ch’est pour cha que j’minge des œufs à chaque arpas !
    J’artourne ech’sablier !
    Té n’peux point savoir el’ plaisi qu’j’ai à l’faire ouvrer !

    Traduction :
    Tu vois, petit, ton oncle est mort, ce n’est pas qu’il avait trop travaillé dans sa vie !
    C’était un fainéant !
    Il n’a jamais rien fait ! Il était fatigué à ne rien faire. (ou en se levant) !
    Un boit sans soif !
    Aussi, je l’ai fait incinérer et j’ai fait mettre ses cendres dans le sablier, pour faire cuire mes œufs !
    C’est pour cela que je mange des œufs à chaque repas !
    Tu ne peux pas savoir le plaisir que j’ai à le faire travailler !

     



    Madame Cafougnette a trempé les lèvres dans le verre de genièvre de son mari.<o:p></o:p>

     

    -« Pouah ! s'écrie-t-elle. Je m'demande commint qu'in peut avaler des cochonneries parelles ! Que purche ! »

    -« Té vos ! répond Cafougnette. Cha fait dix ans qu’té cros qu j’bos pour min plaisi !!! »

     


     

    Cafougnette rentre chez lui complètement saôul, comme d’habitude. Sa femme, une mégère, qui veut le guérir de son vice, c’est déguisée en fantôme.<o:p></o:p>

    "- Hou ! Hou ! Je suis le diable !"

    Alors Cafougnette se jette à son cou et l’embrasse :                                                                  <o:p></o:p>

    "- Salut ! Viux frère ! j’t’arconnos ! j’sus marié avec et’sœur ! "

     


     

    Cafougnette fait sa toilette du matin.<o:p></o:p>

    "- Té n’peux point savoir, dit-il à son épouse, comme cha m’fait du bien de m’raser ainsi l’matin ! In dirot que j’rajonnis d’vingt ans ! »
    - Alors, dit madame, rase-te l’soir ! "

     


    Madame Cafougnette va chez le médecin toutes les semaines .
    - Docteur, j'cros qu'min coeur i bat trop vite ! Docteur, j'cros qu'mes boïaux i sont loïés ! Docteur, j'cros que j'vas pas passer l'hiver !

    A chaque fois, le médecin la rassure. Puis il ne la voit plus pendant six mois.
    Un jour, elle réapparaît dans son cabinet.
    -Ah ! Ch'a fait longtimps que je ne vous avais pas vue !
    - J'n'ai pas pu v'nir ! J'ai été malate !!

     


    On raconte des histoires drôles entre voisins et madame Cafougnette dit :
    - Mi, o'z' avez bieau faire, quand in raconte des histoires, j'arrife jamais à les arténir !

    Un voisin affirme :
    - Mi, j'sais pourquoi : cha rinte dins eun'orelle et ch'arsort par l'aute !

    Et Cafougnette rajoute :
    - Ch'est parc'qu'y a rien intre deux pour les arténir !

     


     

    Cafougnette discute au bistrot :
    - Mi, je m'rappelle d'min catéchime avec monsieur l'curé !
    El'premier jour, Diu i a fait el'Terre
    El'deuxième, i a fait ches montagnes et l'mer
    El'trosième, i a fait ches fleurs et ches fruits
    El'quatrième, i a fait ches bêtes
    El'chinquième, i a fait ch'l'homme
    Ch'est seul'mint l'sixième jour qu'i a fait l'femme !
    Ch'est là qu'in vot qu'i étot vraimint mate !

     


    Cafougnette se rend au commissariat et déclare :
    - Monsieur l'commissaire, em'femme all' a disparu !

    - Depuis combien de temps ?
    - Cha va bétôt faire un an !

    - Et c'est seulement maintenant que vous venez signaler sa disparition ?
    - Bin, j'osos pas l'croire

     


     

    Cafougnette rencontre un camarade.
     - Cha va, Cafougnette?
     - Bof ! J'ai interré m'belle-mère el'semaine passée !
     - Ah bon ! Quo qu'all' avot ?
     - Pas grand cosse ! Chinq caïelles, inne tape, inne gard'robe et pis gramint  ed'fouffes !

     


    Madame Cafougnette vient d'avoir son permis. Elle s'engage à contre-sens sur  l'autoroute.
      - Mais i sont maboules ed'rouler si vite ! Et i n'savent pas rouler à droite, binde ed-niqu'doules ! Finalement, elle se fait intercepter par la
     police.
     - ej'm'in doutos qu'j'allos vous vir ! I m'faijottent tertous des appels ed'phares !

    Cafougnette rencontre un camarade.
     - Alors Cafougnette , t'as trouvé d'l'ouvrache ?
     - Ouais, mais ch'est terripe ! Faut s'léver à quatre heures ! Faut déchinde  à six chints mètes ! Faut ouvrer al caleur ! Faut supporter
    ch'porion qui est toudis sus tin dos ! T'as vingt minutes pour minger ! T'as pas l'drot ed't'arrêter ! Et quand qu't'armontes, t'es tellmint mate que té
    t'laiches querre comme inne mouque jusqu'à c'que ch'revel i sonne à tros heures du  matin !
     - Mais ch'est terripe ed'l'ouvrache parel ! Et té fais cha ed'pis quand ?
     - Euh...j'comminche d'main matin!

     

     

     


    Cafougnette travaille au fond de la mine. Il doit transporter sur le chantier des bois de soutènement. Le porion l'interpelle :
     - Hé là, ti ! Commint qu'cha s'fait qu'té portes seul'mint un bos à l'fos ? Tes comarates, i n'in portent deux à chaque cop !
     - Ouais, mais eusses, i sont trop fates pour faire deux voïaches comme mi !

     


     

    C'est une institutrice qui est envoyée dans une école dans laquelle les enfants ont un langage patois prononcé. L'institutrice commence :
     - Bon, les enfants, vous allez me dire ce que vous avez eu comme cadeau de Noël. Un premier enfant lève la main et dit :
     - Mi, à Noël, j'ai eu inne poupée qui cante
     - On ne dit pas cela comme ça, dit l'institutrice. On dit : "Moi , à Noël, j'ai eu une poupée qui chante".

     Un autre enfant lève la main et dit :
      - Mi, à Noël, j'ai eu inne carette qui fonche à toute berzing
     - On ne dit pas cela comme ça, dit l'institutrice. On dit : "Moi, à Noël, j'ai eu une voiture qui roule à toute allure".
      Un troisième lève la main et dit:
     - Mi, à Noël, j'ai eu in vélo
     - C'est très bien, dit l'institutrice, et il est beau ?
     - Nin, il est in fer


    Cafougnette demande au médecin :
    - Alors Docteur ? Vos croyez que j'dos m'faire opérer ?
    - Ouais, mais ch'est pas grafe ! Ch'n'est qu'inne tiote opération !
    - Ouais, mais ch'est toudis imbêtint !
    - Acoutez ! Chi vous voulez, vous n'avez qu'à printe un deuxième avis médical !
    - Ch'est cha ! J'arviens d'main Docteur !!

     


    Cafougnette in promenade, vot sin comarate sincier à jouque in train ed'traire inne vaque. Il n'arrête pas de se masser el'dos telmint qu'il a maux à ses reins. 
    Cafougnette li dit :
    - T'es devros printe inne caïelle pour moins t'fatiguer !
     Cafougnette continue s'prom'nade et arvient inne heure après. I vot sin comarate toudis à jouque :
    - T'as pas essayé ed'printe inne caïelle ?
    - Si, mais l'vaque all'n'veut pas s'assir ed-ssus !

     


    Cafougnette, au moment du briquet, déballe ses tartines :
    - Cor toudis du pâté et des cornichons ! j'n'ai pas querre cha !

    Et il jette ses tartines dans une berline.
    Le lendemain, au briquet :
    - Cor des tartines et pis des cornichons ! Beurk !

    Et il jette le tout dans une berline.
    Le lendemain, il jette directement son paquet sans l'ouvrir. Son camarade lui dit :
    -T'auros du raviser quand même ! P-ête que t'femme al't'a mis aut'cosse que du pâté et des cornichons !
    - Nan ! Je l'sais qu'ch'est du pâté et pis des cornichons ! Ch'est mi qui les fait,... mes tartines !

     


     

    Cafougnette discute au comptoir :
    -Que vie qu'in mène, à ch't'heure ! Té t'rinds compte, ches Américains i z'ont marché sur el'lune ! In invot des fusées sur Mars ! In va bétôt tertous partir in vacances sur tous ches planètes ! Bétôt, cha s'ra sus l'solel !
    - Mais nan, innochint, sus l'solel, in n'peut point ! Té t'rinds pas compte de l'caleur qu'i fait labos ?
    - Ouais ! Mais y'a qu'à y aller dins l'nuit !

     


    A l'école, l'instituteur demande au petit Cafougnette d'aller au tableau pour corriger un problème :
    - Ton père achète 10 litres de vin à 1,50 € le litre. Combien ça lui fait ?
    - Oh, avec min père, cha li fait 2 jours !

     


    Cafougnette suit le convoi d'un enterrement. Un de ses amis vient le rejoindre et dit :
    - Alors Cafougnette ! J'ai chu que t'femme cha n'allot pas tros fort ! Commint qu'all'va ?

    Et Cafougnette, montrant le corbillard :
    - Comme té vos... Tout duch'mint !

     

     

     


    Cafougnette est victime d'un éboulement au fond de la mine : il est prisonnier dans une galerie avec un camarade.
    - Té connos inne prière, ti ?
    - Nan, j'n'in connos point !

    Cafougnette insiste :
    - T'allos pas à l'égliche pou t'communion ?
    - Nan !
    - Té n'vos pas qu'in va mourir ichi ! Faudrot faire quett'cosse ed'religieux, comme in fait à l'égliche !
    - J'ai inne idée... in va faire inne quête !

     


    Cafougnette marche dins'ch'désert in portant inne portière ed'carrette. I rinconte inne troupe ed'légionnaire qui li d'minde:
    - Pourquoi avoir une portière si loin dans le désert ?
    Cafougntte répond:
    - Comme cha, quand j'ai caud, i'm'suffit ed'baicher ch'carreau pou avoir d'lair !

     


    Cafougnette travaille au fond de la mine. Il doit transporter sur le chantier des bois de soutènement.
    Le porion l'interpelle :
    - Hé là, ti ! Commint qu'cha s'fait qu'té portes seul'mint un bos à l'fos ?
    Tes comarates, i s'in portent deux à chaque cop !
    - Ouais, mais eusses, i sont trop fates pour faire deux voïaches comme mi !

     


    Cafougnette est en train de sculter une statue de Sainte-Barbe.
    Un de ses camarades s'approche et le regarde faire.
    - Ch'est du boulot, hein !
    - Mais nan, innochint, ch'est du quêne !

     


    Cafougnette rentre chez lui complètement saoûl : il réussit à se coucher sans réveiller sa femme.
    Après avoir dormi un moment, il se réveille et se rhabille.
    - Mais quo qu' ch'est qu' té fabriques ? T'es pas malade de t'lever à ch't'heure chi ?
    - Acoute, chérie, faut que j'rinte à m'ason. Mi, j'sus marié !


    L'Zeph y croise Cafougnette in train faire du vélo...
    - Quô qu'té fou Cafougnette ? T'as pô l'impression d'avoir oublié quét'cosse ?
    - Hein ? Euhhh,  Nan !!!
    - Bin si, ravisse ! et t'selle ed' vélo ?
    - Ah ça ? Ch'est l'docteur, y ma dit d'faire un régime sans selle...

     

     


     

    Bonjour Mémère.
    - Bonjour min tiot Cafougnette. Acoute Ch'tiot, Si té d'vine combien qu'j'ai d'bonbons dins mes mains, j'te les donne tous les deux...
    - T'in a deux !
    - Qui ch'est qui t'l'a dit ???

     


     

    Cafougnette vient d'perdre s'femme.
    Y va vire ch'curé pour les préparatifs del' messe.
    - M'sieur l'curé, j'peux vous d'minder ein' faveur ? Vous pourrote pas m'faire l'messe gratuit'mint ? Vous savez, chu au chômach' pis j'ai 8 gosses à nourrir.
    - Impossible, si je te fait cette faveur, ensuite, je devrai la faire à toute la paroisse ! Il y a bien quelqu'un de ta famille qui peut payer ?
    - Personne ! Y'aurot bin m'soeur, mais al' a mal tourné !
    - Veux-tu de pas parler de la sorte de ta soeur ! Elle est religieuse : elle a épousé le Christ.
    - Bin alors, M'sieur l'Curé ! Faites el' messe et invoïez l'facture à min biau-frère !

     


    Cafougnette y va vire sin professeur et li d'minde :
    - A vous n'avis, est-ce que j'peux ête puni pou' quet'coss' que j'n'ai pô fait ?
    - Bien sûr que non Cafougnette, on ne peut pas te punir pour quelque chose que tu n'a pas fait...
    - Ah bin cha va alors !!! parc'que j'ai pô fait mes d'voir hier...

     

     


     

    Cafougnette y décide comme mi ed' faire des travaux chez li. Y va donc tapisser s'salle à minger. 
    Comme toutes ches maison du coron s'arsembent, il va vire sin voisin qui vient d'tapisser l'même pièce.
    - Dis-me Batisse, combien d'rouleaux d'tapisserie qu't'as acatés pou' t'salle à minger ? 
    - J'n'ai acaté 15. 
    - Bon ! j' n'acatrai 15 aussi ! A dé ! 
    Ein' fos s'salle à mingé tapissé, Cafougnette s'rind compt' qui li reste 4 rouleaux. 
    Y va donc r'vire sin voisin Batisse. 
    - Ch't'eun' drôle d'affaire ! J'ai fini m'n'ouvrach' et i m'reste 4 rouleaux ! 
    Sin voisin s'étonne et li répond : 
    - A bon, ti aussi ?

     


     

    Cafougnette se confesse et Monsieur le curé lui reproche de ne pas aller à la messe.
    J’ai eune grante famille ! j’n’ai nin gramint l’temps d’alleu à l’messe ! Mais l’vendredi in fait toudis maigre à l’mageon. T’nez, vendredi passé, in à mingé des pins-d’tièrres à l’plure avec des saurets au midi et au soir des pins-d’tierres au four avec du pâté !
    Mais du pâté, c’est de la viande ! C’est un péché ! Comme tu es menuisier, comme pénitence, tu m’apporteras un tomberau de petit bois pour chauffer l’église !
    Cafougnette va baller un tombereau à l’entrée de l’église et Monsieur le curé arrive en colère.
    Mais tu as ballé un tombereau de sciure ! Je ne t’ai pas dit de la sciure, mais du bois !
    M’sieur l’curé, si pour vous, du pâté ch’est de l’viante, pour mi de l’sciure, ché du bos !

     








  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :